Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le perfectionniste feignant

Ainsi ne parlait pas Zarathoustra [2]

25 Février 2013, 22:09pm

Publié par Johnny Super-Trempe

(La premiere partie est ici )

 

Après plusieurs minutes de marche, il comprend que personne ne l'écoutera, que ses monologues interminables n'intéresse personne, ou alors les gens sans intérêt. Mais il persiste, peut-être un jour il trouvera enfin l'oreille attentive qui saura comprendre ce qu'il a dire. Puis il se demande si cela vaut la peine, et surtout, à quoi bon ? Pour quel but ? Et s'il ne cherchait personne, s'il voulait juste montrer, par sa verve et son éloquence, son hypothétique supériorité sur le reste du genre humain ? Il arrête de réfléchir à cela, sa vie n'a déjà pas beaucoup de sens, s'il se met à détruire le peu d'espoir qui le maintient sur terre...

Il trouve enfin un endroit pourvu d'auditoire.  Il ouvre alors la porte, s'assied près du comptoir, commande à boire puis s'exclame de nouveau :

"Peut-on être heureux dans un monde sans bonheur? Dans un monde rongé par la consommation de masse, où l'on croit que posséder est le premier acte vers notre joie, alors que l'on sait très bien que c'est ce qui amorce la fin? Consomme, consomme, suis la mode, les gens, la foule. Allez vas-y, pense par les autres, vit comme tu votes, par procuration. Amis, la fin du monde est proche, la fin de notre monde car la fin de notre vie. Nous commençons à mourir dès que l'on franchit la paroi vaginale. Notre première respiration acte notre fin imminente. Tout comme notre premier achat acte notre fin du bonheur. On est dépendant. On en veut, tout le temps, encore et toujours plus. Donne-moi des objets, des habits, des conneries. Il faut acheter pour être, il faut respirer pour vivre, il faut être un consommateur pour exister. Il faut que je rentre dans le jeu social sinon ma vie est foutue. Et tous ces adolescents en crise ne sont que le reflet de notre société en péril. Il ne faut pas être moqué, il ne faut pas être différent, alors il faut consommer, vivre, agir, penser comme une seule et unique masse docile. Fais ce qu'on te dit ! Achète ! Fais du sport ! Maigris ! Protège-toi ! Aime ! Marie-toi ! Reproduis-toi ! Tu as quarante ans et tu es seul ? Mais tu as des enfants au moins ? Non ? C'est triste...

Ce qui est triste connasse, c'est toi qui fais tout ce qu'on lui dit ! C'est toi qui gâche ta vie à accomplir les choses que les autres veulent que tu accomplisses ! Tu n'as même pas réfléchis, connard empli de dédain, que tu ne fais pas ce que tu veux ! Tu suis et tu crois que c'est toi qui as eu l'idée ! Ta vie est en mode automatique ! Ta vie, c'est une Ford de merde sans pédale ni volant ! Juste une corde tractée par un autre véhicule de merde lui aussi tracté et ça, derrière des millions d'autres voitures ! Vous êtes des moutons motorisés qui n'ont pas accès au contrôle de leur véhicule !"

Cette fois-ci, personne n'écouta son monologue. Il se croit intéressant mais n'intéresse personne. Le problème avec la foule, c'est que, quand on la critique, elle cesse de vous écouter et du coup, si la foule n'écoute pas, personne ne le fait. Elle est imparfaite, mais c'est le seul moyen de faire passer le message. Comment se faire entendre quand on méprise l'outil qui permet de répandre ?

 

Commenter cet article